Culture Sports Toulouges

Festival tres cops

>> Vendredi 18, samedi 19 et dimanche 20 mars 2016

Le théâtre amateur refait son deuxième festival « Tres cops », pour l’année 2016 du 18 au 20 mars 2016 au Mil.lenari de Toulouges.  Ce festival, organisé par le Tururut-Théâtre, en collaboration avec la Mairie et l'OMJC et le CD 66 de la FNCTA et qui avait connu le succès l’an dernier, revient en nous proposant :
 

Trois représentations de qualité à l’affiche, entrée 5 € ou 8€.

>> Le Paquet de Philippe Claudel, par la compagnie Illusoire Jardin, le 18/03 à 20h30.

>> Chroniques d’après Xavier Durringer, par le Théâtre de L’Hémione, le 19/03 à 20h30

>> Les forains de Stephan Woktowicz par le Théâtre des Quatre saisons, le 20/03 à 17h

Possibilité de restauration sur place avec tarif réduit, pour les spectateurs. 

 

Ce festival, outre les représentations théâtrales, entend varier les plaisirs. Nous vous donnons rendez-vous à la Salle Jeanne Abelanet (ex salle des ainés) :

+ dégustation gratuite de vins locaux, entrecoupée de sketches, à partir de 18h30, les 18 et 19 mars.

+ les 18 et 19 mars, à 22h30 moment cabaret gratuit, avec chanteurs et musiciens locaux. Boissons sur place.

 

Le Paquet de Philippe Claudel, par la compagnie Illusoire Jardin, le 18/03 à 20h30.

Sur scène un homme, seul, qui traîne un énorme paquet.

Que renferme-t-il donc? Ses souvenirs? ses rêves? ses joies? tous ses maux et ses mots impuissants, les débris d'une vie fantasmée dont il n'est que le burlesque et pathétique spectateur…

Et puis son pendant apparaît, l'accompagne, le pousse, le retient. Sa souffrance ? Sa conscience ? Son double intérieur ?...

Une mise en scène toujours sur un fil, un jeu qui passe d'une folle exubérance à une profonde sincérité et une danseuse, complice, qui joue de son corps et de son regard qui ne cille jamais. Danse et théâtre ne sont pas ici distincts, ni même complémentaires. Ils se mêlent, résonnent et interfèrent sans cesse, amplifiant et éclairant les démons intérieurs de cet homme, qui se dévoile peu à peu dans sa touchante nudité. 

  

--

Chroniques d’après Xavier Durringer, par le Théâtre de L’Hémione, le 19/03 à 20h30

Un bouquet de témoignages où tous les coups sont permis tant qu’il s’agit d’amour… Scènes de ménage, haines banales ou flirts surréalistes, tous ces instantanés s’enchaînent dans le désordre et filent du rire aux larmes. L’auteur puise son inspiration dans les mots de la rue, les errances individuelles, pour créer un souffle saisissant de réalisme et de poésie… Xavier Durringer sait comme personne créer une langue orale, physique, instinctive qui colle au corps et à l’époque.

--

Les forains de Stephan Wojtowicz par le Théâtre des Quatre saisons, le 20/03 à 17h

Depuis combien de temps sont-ils plantés entre cette voie ferrée et cette décharge ? En attendant une hypothétique pièce de rechange, le manège de Nono rouille tranquillement dans son camion, les nougats et réglisses de Jackie moisissent dans la confiserie, Eddie compte les wagons des trains qui passent.
Cette nuit-là, un train s'arrête. Hélène et Olivier en descendent. Le train repart et les laisse sur le ballast.
Hélène, en plein «développement personnel», a quitté son mari qui dormait la bouche ouverte. Olivier n'a pas eu le temps de remonter, laissant dans le train sa femme affolée. Loin de tout, en pleine nuit noire, ils sont contraints de se faire héberger par «les forains».
Les «civilisés» et les «sauvages» partagent les mêmes raviolis. Les «normaux» rencontrent les «anormaux».